LUTTE CONTRE LES CHENILLES PROCESSIONNAIRES DU PIN

La chenille processionnaire peut présenter un risque sanitaire pour les animaux et les hommes, notamment en raison des soies urticantes qu’elle produit lorsqu’elle subit un stress.

Des modes de régulation des populations sont mis en place par la Communauté de Communes avec l’aide des services techniques communaux.

Plusieurs méthodes de luttes existent adaptées à chaque étape du cycle de vie de la chenille processionnaire du pin :

  • Écopiège : piégeage des chenilles (formulaire à renvoyer à la Cdc avant le 15 septembre)
  • Nichoir à mésanges : les mésanges consomment des chenilles (formulaire à renvoyer à la Cdc avant le 15 septembre)
  • Pièges à phéromones : utilisation de la confusion sexuelle pour éviter la reproduction des papillons
  • Échenillage : destruction des nids de chenilles
  • Traitement biologique par pulvérisation terrestre (formulaire à renvoyer à la Cdc avant le 15 août)

FRELONS ASIATIQUES

Le frelon asiatique (Vespa velutina) est un frelon invasif d’origine asiatique dont la présence en France a été signalée pour la première fois dans le Lot-et-Garonne en 2006. Sa présence est désormais avérée dans près de 2/3 des départements mais il est plus particulièrement répandu dans le quart Sud-Ouest. 

Le frelon asiatique installe de préférence son nid dans les hautes branches des grands arbres, en zone urbaine ou agricole comme en milieu boisé. Certains nids sont parfois installés dans des bâtiments ouverts (garage, appentis, sous une terrasse, etc..) ou plus rarement encore dans un trou de mur, dans un roncier ou dans le sol.

En France, tous les observateurs s’accordent sur le fait que le frelon asiatique n’est pas agressif ; sa piqure, sauf pour les personnes allergiques, n’est pas plus dangereuse que celle d’une guêpe.

En revanche, le frelon asiatique est un redoutable prédateur pour les abeilles : les apiculteurs s’inquiètent de voir leurs ruches plus régulièrement et plus fortement attaquées par cette espèce que par le frelon européen. Dans ses régions d’origine, le frelon asiatique peut détruire jusqu’à 30% d’une colonie de l’abeille asiatique.

La méthode la plus efficace pour diminuer les populations de frelon asiatique reste la destruction des nids.

Par délibération du 20 février 2014 (modifiée le 24 février 2017), dans le cadre de la compétence communautaire «Protection et mise en valeur de l’environnement», le Conseil Communautaire de la Communauté de Communes de l’Ile de Ré a décidé de mettre en place un dispositif de lutte contre le frelon asiatique en finançant directement la destruction des nids de frelons, du 1er mai au 31 décembre de chaque année, selon les conditions suivantes :

  • Le particulier qui constate la présence d’un nid de frelon contacte sa commune,
  • La commune vérifie la présence d’un nid de frelons asiatiques et rédige une attestation,
  • Le particulier fait appel à une entreprise de son choix, agréée, spécialisée dans ce type de travaux, pour procéder à la destruction du nid,
  • L’entreprise adresse sa facture à la Communauté de Communes de l’Ile de Ré accompagnée de l’attestation de la présence d’un nid de frelons asiatiques.


MOUSTIQUE TIGRE

Attention, tout ce qui vole n’est pas moustique, tout moustique n’est pas un moustique tigre.

Le moustique tigre est très facile à identifier grâce à ses rayures noires et blanches présentes sur le corps et sur les pattes qui lui donnent un aspect très contrasté. Il est également appelé Aedes albopictus et peut, dans certaines conditions bien particulières, transmettre la dengue ou le chikungunya.
C’est un moustique de petite taille (plus petite qu’une pièce d’un centime d’euro) ne dépassant pas 1 cm d’envergure.

Vous pouvez signaler un moustique tigre en cliquant ici.